Recette de sangria avec du vin rosé par Terry Pomerantz

Des amis et des parents rassemblés sur le patio, un grand soleil et une légère brise inciteront Terry Pomerantz à préparer une sangria comme lui seul sait la faire. Il ajoute au rosé un zeste d’humour, un trait d’amitié et une touche de joie pour vous offrir une sangria parfaite!

Les origines de la sangria

Les origines de la sangria s’enracinent dans l’histoire des Antilles et dans l’univers des flibustiers. En espagnol, « sangria » évoque la couleur du sang. Certains historiens soulèvent aussi l’hypothèse que « Sangria » dérive de l’expression « sang-gris » qui désignait un mélange de vins fortifié de poudre noire qu’affectionnaient les flibustiers.

C’est au XIXe siècle que la sangria se popularise en Espagne, au point d’en devenir la boisson emblématique.

La sangria classique

La sangria classique est un mélange de vin rouge, de sucre, de fruits, d’épices et de limonade ou d’eau gazeuse. Certains ajoutent un alcool fort comme du rhum blanc.

2 verres de sangria accompagnés de fruits coupés incluant des oranges et fraises

La sangria au vin rosé de Terry Pomerantz

Terry Pomerantz est un homme généreux. Sa sangria au vin rosé abonde de saveurs et…d’alcool. Elle est à consommer avec modération.

Les ingrédients :

  • 750 ml (une bouteille) de vin rosé
  • 200 ml de rhum blanc
  • 100 ml de vodka
  • 500 ml jus de canneberge froid
  • Une canette de 355 ml de Ginger Ale
  • 50 ml de sucre de canne ou de sucre d’érable
  • Des fraises
  • Des framboises
  • Des canneberges
  • 4 bâtons de cannelle.
Vin versé dans un verre de fruits coupés.

Préparation :

Mélanger tous les ingrédients, puis placer votre sangria au vin rosé au frigo entre 2h ou 2h30 avant de servir.

Mot de fin de Terry Pomerantz

« Il ne faut pas boire trop de sangria chez nous. Ce n’est pas la « sang-gris » des flibustiers, mais ma sangria est tout de même assez puissante. Elle est à consommer avec prudence ! En fait, si la plupart des sangrias se ressemblent, leur grande différence repose sur la compagnie de celles et de ceux avec qui on la boit. Lorsque je suis entouré de mes enfants, de mes petits-enfants ou d’amis, il est impossible que je n’affiche pas un zeste de sourire. C’est la joie qui donne à une sangria sa touche unique! » conclut Terry Pomerantz.